Nouveau
45 points
0
Ce soir une dame a perdu conscience dans un supermarché. C’était la panique. Comment savoir si c’était un arrêt cardiaque SVP ? Et comment réagir SVP ?


1
Quand une personne s’effondre brutalement, les deux réflexes à avoir sont : appeler les secours et s’assurer qu’il n’existe aucun danger environnant (risque d’incendie ou électrocution ou autre).

Si c’est un arrêt cardiaque, on constate immédiatement l’absence des signes de vie :

  • La victime est inconsciente : elle ne répond pas quand on lui parle, ne réagit pas quand on lui demande de serrer la main par exemple

  • On vérifie ensuite sa respiration : en cas d’arrêt cardiaque, la victime ne respire pas. Placer votre main sur le ventre au-dessus du nombril, il n’y a aucun mouvement de respiration

Appeler les secours en disant « arrêt cardiaque » (pour que le personnel du service concerné ramène ce qu’il faut : défibrillateur, matériels de secourisme …).

Commencer le massage cardiaque : il faut débuter immédiatement le massage cardiaque en attendant la mise en place d’un défibrillateur.

  • Placer vous à genoux devant la victime

  • On place la paume de la main au centre de la poitrine, strictement sur la ligne médiane et jamais sur les côtés et l’autre main au-dessus de la première et on appuie de 4 à 5 cm bras tendu, coudes non fléchis

  • On relâche immédiatement la pression pour que la paroi remonte (décompression)

  • On réalise le geste 100 fois par minute : 30 compressions thoraciques / 02 insufflations (bouche à bouche)

Si vous êtes à l’étranger, en France par exemple, il y a des défibrillateurs dans le train, l’avion ou les lieux publics. On ouvre le défibrillateur et on suit les instructions vocales : coller les électrodes et connecter le câble.

Le défibrillateur indique l’analyse du rythme et va choquer la victime en cas de besoin. Il est important de ne pas toucher la victime durant ces secondes. Si le choc est non recommandé, on reprend le massage cardiaque.

Trois gestes simples indispensables :

  1. Appeler les secours en prononçant « arrêt cardiaque »
  2. Masser 100 fois par minutes
  3. Défibriller en cas de besoin

Continuer la réanimation jusqu’à l’arrivée des secours.

Après un arrêt cardiaque, si aucun soin n’est prodigué en attendant les secours, le taux de survie est de 1 à 3% contre 30% dans le cas contraire.

Votre réponse

Pour répondre, vous devez Se connecter ou Créer un compte.